Découvrez l’entretien que m’a accordé Mathieu Feigean, analyste vidéo du Servette, le club de Genève en Suisse. Nous sommes revenus sur son parcours, son doctorat sur l’émergence des comportements collectifs appliqués au football ainsi que sur son arrivée en Suisse. Nous avons également évoqué son métier d’analyste, ses process de travail, son rôle dans l’analyse des adversaires mais aussi des performances des joueurs du Servette, et nous avons également évoqué l’importance de la data et des stats dans son travail au quotidien.

Extraits de l’interview

L’analyste vidéo du club suisse a d’abord évoqué une partie de son travail liée à l’observation des futurs adversaires du Servette, afin d’identifier les points forts et faibles du collectif mais aussi de certaines individualités.

« Mon objectif est de donner un maximum d’informations au coach pour qu’il prépare au mieux le match. J’essaye de faire un travail exhaustif. C’est très large, j’essaye de collecter un maximum de choses. C’est l’entraîneur qui choisit ensuite parmi toutes les données que je lui fait remonter. Je regarde les trois derniers matches de l’adversaire avec quelques prises de notes, pour avoir un aspect global de la rencontre. Ensuite, je sors des rapports à l’aide des données envoyées par quelques fournisseurs qui me permettent de trouver des récurrences dans le comportement des adversaires. Je regarde les réseaux de passe, les passes dans les 40 mètres adverses, etc. Une fois que j’ai ces récurrences, je retourne sur de la vidéo pour faire des montages et illustrer tout ça pour l’entraîneur […] Le travail individuel est moins basé sur la data, plus sur les vidéos d’analyse. Je donne beaucoup de matériel à nos joueurs. Je fonctionne avec des triangles ou des lignes : par exemple, un ailier adverse, cela va concerner mon latéral, mon défenseur central de ce côté là, et le milieu de côté. J’ai donc un groupe WhatsApp avec eux dans lequel je transmets un montage vidéo. J’ai aussi un groupe avec toute la ligne de quatre défenseurs par exemple. Cela favorise aussi les échanges entre eux pour trouver les solutions. »

Mathieu Feigean – Prolongation

Mathieu Feigean a également évoqué son travail d’analyse sur les rencontres du Servette avec les indispensables débriefs des performances.

« Ce travail d’évaluation. Je ne fais pas vraiment de bilan au match par match, mais on fonctionne plutôt avec des bilans sur les principes de jeu. On travaille dans une semaine un principe de jeu et pour ça, on s’appuie sur ce qui s’est passé lors des 2 ou 3 matches précédents. On n’est pas vraiment focus sur le dernier match. On peut par exemple regarder les sorties de balle, notre verticalité, nos seconds ballons. Souvent, on essaye de les agencer. Quand on travaille sur la sortie de balle depuis notre gardien, souvent cela a un impact sur un duel et un second ballon. Cela crée un fil conducteur et on essaye de voir comment améliorer tous les évènements connexes. L’idée est de ne pas faire un zapping pédagogique avec une succession d’actions toutes différentes, dont les joueurs ne retiennent pas grand chose, après chaque match. On préfère travailler sur un principe de jeu chaque semaine et l’améliorer. On montre souvent un élément bien réalisé, un autre à améliorer et un troisième bien réalisé. Ce n’est pas révolutionnaire mais c’est constructif.

« La statistique ne peut pas marcher sans l’observation humaine. J’ai conscience que mon oeil peut parfois être biaisé. On a tendance à retenir des éléments précis, d’avoir des émotions. Je mets un gros focus sur la compréhension de la data. L’expérience est un point essentiel pour faire encore plus confiance à son oeil. C’est une posture rationnelle. »

Mathieu Feigean – Psychologue du sport

Retrouvez la conversation intégrale dans le lien ci-dessus ainsi que sur toutes les plateformes de podcast (voir l’onglet « S’abonner » en haut du site).

Ecrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.